Zaineb Sefiani : Ai??Il faut Ai??duquer le consommateur sur la finance islamiqueAi??

Experte internationale en finance islamique, Zaineb Sefiani figure dans le classement des 50 meilleures femmes influentes dans le monde dans ce domaine. Professeure Ai?? lai??i??universitAi?? de DubaA? et Ai?? lai??i??universitAi?? Paris-Dauphine, elle est Ai??galement fondatrice des cabinets Islamic Finance Navigator, Carrera Learning et Ken Advisors. Entretien.

Comment vous est venue lai??i??idAi??e de vous spAi??cialiser dans la finance islamique ?

Pendant que je prAi??parais mon master sur les investissements en Angleterre, je cherchais un sujet intAi??ressant pour mon mAi??moire de fin d’Ai??tudes. Je voulais traiter un sujet nouveau, innovant, qui pourrait me conduire vers un mAi??tier dai??i??avenir avec un grand potentiel de dAi??veloppement.

Jai??i??ai fait une session de brainstorming avec des membres de ma famille et c’est Ai?? ce moment-lAi?? que mon pA?re a suggAi??rAi?? lai??i??idAi??e de la finance islamique. Ai?? cette Ai??poque, la finance participative au Maroc n’Ai??tait pas d’actualitAi?? et encore moins citAi??e comme un objectif prioritaire, mais jai??i??ai aimAi?? l’idAi??e. J’en ai parlAi?? Ai?? mon encadrant de thA?se qui a soutenu mon projet.

Quelle dynamique envisagez-vous pour la finance islamique au Maroc ?

Au Maroc, les lois et les produits financiers conventionnels ainsi que le droit commercial sont inspirAi??s de la loi franAi??aise et du droit musulman. En finance islamique, les pays qui ont rAi??ussi avec succA?s Ai?? offrir des produits islamiques se sont beaucoup inspirAi??s, outre la Chariaai??i??, du droit britannique, qui est essentiellement un droit coutumier, par consAi??quent beaucoup plus flexible et susceptible de fonctionner en symbiose avec les rA?gles prescrites par le Fiqh Al-Mouamalate (code du commerce).

En effet, certains pays europAi??ens de droit latin comme la France et la Belgique proposent des produits islamiques, mais la clientA?le nai??i??est pas aussi importante que le potentiel des clients.

Les pays les plus avancAi??s sur le sujet, notamment au Moyen-Orient et en Malaisie, ont su trouver la bonne formule alliant la Chariaai??i?? et le droit anglais pour Ai??dicter les rA?gles de la finance islamique.

Le dAi??veloppement des produits participatifs au Maroc va prendre du temps, dai??i??autant que certains concepts, comme celui du Ai??beneficial ownershipAi??, nai??i??existent que dans le droit anglais. Il reste aussi Ai?? s’assurer que les produits offerts sont compAi??titifs grA?ce Ai?? la lAi??galisation fiscale entre autres, et enfin que les commerciaux les comprennent bien pour qu’ils puissent expliquer aux clients la diffAi??rence entre l’offre conventionnelle et l’offre participative. Ceci Ai??tant, le Maroc peut et doit rAi??ussir dans ce domaine s’il sait faire preuve du pragmatisme nAi??cessaire.

Quelles sont les pistes envisageables pour que la finance islamique soit profitable Ai?? tous, tant aux acteurs quai??i??aux consommateurs ?

Il faut avoir une offre attractive ou au minimum similaire Ai?? l’offre conventionnelle. La diversitAi?? des produits doit A?tre lAi?? pour que le client puisse trouver toute la gamme de produits dont il a besoin. Encore une fois, le coAi??t dai??i??un financement doit A?tre similaire au conventionnel. Si les produits islamiques sont plus chers, la clientA?le sera plus rAi??duite.

esopran. Sur quels aspects les autoritAi??s marocaines devront mettre lai??i??accent pour que la finance islamique soit un vAi??ritable acteur, Ai?? la fois dans la collecte de l’Ai??pargne et le financement de l’Ai??conomie ?

Les autoritAi??s marocaines doivent avoir une vision Ai?? long terme et cibler tous les acteurs impliquAi??s dans la finance participative au Maroc. Il y a le consommateur et ceux qui offrent des produits comme les banques ou les sociAi??tAi??s de gestion, les Ai??ducateurs ainsi que les investisseurs et enfin les oulAi??mas, qui doivent labelliser les produits.

Les autoritAi??s devraient mettre l’accent sur tous ces aspects. Quant au consommateur, il faut l’Ai??duquer ; lui faire connaAi??tre l’existence et l’avantage de ces produits participatifs. A Oman par exemple, aprA?s le lancement de produits islamiques et suite Ai?? une campagne de sensibilisation bien menAi??e, il y a eu Ai?? la fois des utilisateurs qui sont passAi??s du conventionnel Ai?? l’islamique, mais aussi de nouveaux Ai??pargnants qui faisaient de la thAi??saurisation et qui sont venus parfois avec des billets de banque qui n’Ai??taient plus en circulation.

Les banques, elles, doivent trouver un moyen facile de permettre Ai?? leurs clients de switcher rapidement des comptes courants classiques aux comptes courants participatifs. Comme je lai??i??ai dit, il faut Ai??galement que les commerciaux aient une formation suffisante pour comprendre les produits et savoir les expliquer aux clients.

Des formations adAi??quates doivent A?tre aussi offertes au niveau des universitAi??s. Certes, il y a actuellement plusieurs masters qui sont proposAi??s au Maroc sur cette niche mais la formation doit A?tre beaucoup plus pointue et dispensAi??e pour l’essentiel par des praticiens comme cela se fait dans les places financiA?res comme Londres.

Les autoritAi??s doivent Ai??galement penser aux moyens de favoriser davantage le dAi??veloppement d’un autre produit complAi??mentaire mais indispensableAi??: Ai??l’assurance islamiqueAi??, Ai??galement appelAi??e Takaful.

Enfin, pour Casablanca Finance City (CFC), qui souhaite devenir la porte d’investissement pour le Maroc et l’Afrique, il y a lAi?? aussi un Ai??norme potentiel Ai?? explorer pour que celle-ci devienne le vAi??ritable passage obligAi?? de la finance islamique en direction du continent.

Source :Ai?? best over the counter ear ache medicine. https://www.yabiladi.com

Maroc: dAi??marrage des activitAi??s de la finance islamique

viamedic coupon.

Les crAi??dits Ai??halalAi?? et les comptes conformes Ai?? la loi islamique sont disponibles auAi?? Maroc depuis ce mercredi. Lai??i??autorisation de la crAi??ation de banques islamiques, dites Ai??participativesAi??Ai?? avait Ai??tAi?? donnAi??e au dAi??but de cette annAi??e par la Banque centrale marocaine, 10 ans aprA?s la Grande-Bretagne, plus de 5 ans aprA?s la France et 2 ans aprA?s la CA?te dai??i??Ivoire.

male ed pharmacy.
Cela faisait des mois qu’elles attendaient. Les 5 banques marocaines agrAi??Ai??es peuvent proposer aux clients intAi??ressAi??s lai??i??ouverture de comptes bancaires conformes Ai?? la finance islamique. Au dAi??but de la semaine, le Conseil supAi??rieur des oulAi??mas a donnAi?? le feu vert Ai?? la Banque centrale du Royaume.

Les Ai??tablissements financiers agrAi??Ai??s peuvent donc accorder des crAi??dits Ai??Ai??halalAi??Ai?? depuis ce mercredi 26 juillet. Mais il sai??i??agit dai??i??un dAi??marrage partiel, avec seulement l’ouverture de comptes bancaires, lai??i??octroi de crAi??dits immobiliers et automobile halal, appelAi??s Ai??Ai??MourabahaAi??Ai??.

Les banques ne peuvent pas encore proposer des produits d’assurance. Et il manque encore les Ai??Ai??sukukAi??Ai??, cai??i??est-Ai??-dire les obligations compatibles avec laAi?? loi islamique. Cette finance Ai??Ai??participativeAi??Ai?? interdit les investissements dans des secteurs considAi??rAi??s comme illicitesAi??: lai??i??alcool, les paris sportifs, le tabac et la pornographie, ainsi que la pratique de l’intAi??rA?t et de la spAi??culation.

Deux des cinq banques Ai??Ai??halalAi??Ai?? ayant obtenu lai??i??agrAi??ment ont d’ores et dAi??jAi?? annoncAi?? le dAi??marrage effectif de leurs activitAi??s ce mercredi. Les autres devraient suivre rapidement. Les perspectives de dAi??veloppement de la finance islamique sont importantes.

Selon lai??i??agence amAi??ricaine de notation Standard & Poorai??i??s, la finance islamique pourrait reprAi??senter entre 10 et 20% du systA?me bancaire marocain. Lai??i??activitAi?? de la finance participative reprAi??sente aujourdai??i??hui 2Ai??000 milliards de dollars dans le monde, cai??i??est lai??i??Ai??quivalent du produit intAi??rieur brut cumulAi?? de quatre pays : lai??i??Arabie saoudite, lai??i??Iran, le Maroc et la Turquie. Et selon les experts, ce volume pourrait atteindre 4Ai??000 milliards de dollars dai??i??ici trois ans (en 2020).

Source :Ai??www.rfi.fr

Les premiers pas de la finance islamique au Maroc

Les premiers pas de la finance islamique au Maroc

tamoxifen tablets online.

AprA?s de longues annAi??es dai??i??attente, le Maroc vient dai??i??ouvrir ses premiA?res banques islamiques. Depuis lai??i??accord de principe de la Banque centrale marocaine le 2 janvier 2017, cinq banques candidates ont obtenu leur agrAi??ment et ont montAi?? leur filiale islamique. Depuis, les autoritAi??s religieuses ont aussi donnAi?? leur feu vert Ai?? leur lancement. BaptisAi??es banques Ai??Ai??participativesAi??Ai??, les premiA?res agences aux produits conformes Ai?? la charia ont ouvert leurs portes officiellement le 26 juillet 2017. Cai??i??est le cas de Umnia Bank, dAi??tenue en partie par le groupe marocain CIH et une banque islamique qatarienne. RFI a suivi Ai?? Casablanca, la capitale Ai??conomique du Maroc, les premiers pas de cette activitAi?? trA?s attendue des Marocains et pleine de promesses pour le secteur bancaire.

Peu avant 9 heures du matin, cette agence flambante neuve dai??i??un quartier huppAi?? de la ville tourne dAi??jAi?? Ai?? plein. Six personnes attendent pour A?tre reAi??us par des conseillers commerciaux. Adnane Gueddari est directeur gAi??nAi??ral de Umnia Bank, lai??i??une des cinq banques islamiques du MarocAi??:

Ai??Ai??Les gens Ai??taient habituAi??s Ai?? venir discuter dai??i??un taux, un montant Ai?? emprunter, lAi?? nous ne sommes plus dans la transaction. Pour toute opAi??ration, son soubassement est un bien tangible. Ce nai??i??est pas juste, je te prA?te de lai??i??argent et tu en fais ce que tu veux, cai??i??est nAi??cessairement adossAi?? Ai?? un bien. Cai??i??est plus concret.Ai??Ai??

Mounia, la trentaine, attend son tour. Elle mise beaucoup sur cette nouvelle forme de financeAi??:

Ai??Ai?? want to buy cialis. Principalement pour Ai??viter les intAi??rA?ts, vu que notre religion nous interdit de prendre la ribaa (les intAi??rA?ts). Mon mari et moi avons attendu jusquai??i??Ai?? la crAi??ation des banques islamiques pour avoir un crAi??dit immobilier pour lai??i??acquisition dai??i??un appartement.Ai??Ai??

Pour rAi??pondre aux prAi??ceptes de lai??i??islam, les banques participatives achA?tent le bien voulu par lai??i??acquAi??reur et lui revendent avec une marge bAi??nAi??ficiaire fixe. Ni spAi??culation, ni taux variables, lai??i??approche prAi??sentAi??e comme Ai??thique du financement islamique touche, selon Mohamed Amine Benkirane chef dai??i??agence, tous les publicsAi??:

Ai??Ai??On a pas mal de gens qui viennent de plusieurs villes, mA?me lointaines, qui nous sollicitent surtout pour des logements sociaux. Ai??a nai??i??empA?che pas que les clients fortunAi??s viennent aussi. Ils ouvrent des comptes dans un premier temps. Cai??i??est vrai que la plupart des cas viennent pour leurs convictions religieuse, ils sont convaincus de la chose.Ai??Ai??

La finance islamique au Maroc, un marchAi?? prometteur pour le secteur bancaire. Pour Youssef Baghdadi, prAi??sident du directoire de la banque Assafaa, filiale Ai??Ai??participativeAi??Ai?? dai??i??Attijariwafa banque, son arrivAi??e devrait doper lai??i??Ai??conomie du paysAi??:

Ai??Ai??Lai??i??arrivAi??e des banques participatives va certainement augmenter le taux de bancarisation car il y a des clients aujourdai??i??hui qui ne veulent pas travailler avec des banques classiques. Ces banques participatives vont crAi??er de lai??i??emploi. A priori, ces banques vont apporter une dynamique dans lai??i??Ai??conomie rAi??elle.Ai??Ai??

Selon les estimations, la finance islamique pourrait atteindre prA?s de 10% de la part des actifs bancaires au Maroc dai??i??ici dix ans. Elle reprAi??sente dAi??jAi?? environ 2Ai??000Ai??milliards de dollars dai??i??actifs dans le monde.

source :Ai??rfi.fr

Finance islamique : le Maroc donne son feu vert Ai?? la crAi??ation de cinq banques

Le ComitAi?? des Ai??tablissements de CrAi??dit, rAi??uni le 29 novembre 2016, a Ai??mis un avis favorable sur cinq demandes d’agrAi??ment pour la crAi??ation de banques participatives au Maroc, indique un communiquAi?? de la Banque centrale. Cette dAi??cision permet de renforcer l’offre du secteur bancaire et l’attractivitAi?? de Casablanca en tant que plateforme financiA?re africaine.

Deux ans aprA?s la promulgation de la loi autorisant la finance islamique, des Ai??tablissements bancaires Ai??Ai??charia-compatiblesAi??Ai?? vont voir le jour au Maroc. Ai??Ai??AprA?s Ai??tude et analyse de ces dossiers, notamment au plan de lai??i??actionnariat, de la valeur ajoutAi??e au marchAi?? africain, de la gouvernance et des risques, et Ai?? la lumiA?re des informations complAi??mentaires demandAi??es aux diffAi??rents postulantsAi??Ai??, le comitAi?? a accordAi?? cinq agrAi??ments, dAi??taille un communiquAi?? de la Bank Al-Maghrib (BAM), la banque centrale du Royaume du Maroc, en date du lundi 2 janvier.

order paroxetine without prescription. Trois Ai??tablissements bancaires classiques proposeront aussi des produits conformes

CIH Bank, en partenariat avec la Qatar International Islamic Bank,Ai??BMCE Bank of Africa avec le groupe saoudi/bahreini Dalla Al Baraka, la Banque Centrale Populaire (BCP) avec le groupe saoudien Guidance, leAi??CrAi??dit Agricole du Maroc avec lai??i??Islamic Corporation for the Development of the Private Sector (ICD) et enfinAi??Attijariwafa Bank ai??i?? toujours en discussion pour un futur partenariat ai??i?? obtiennent ces agrAi??ments pour lai??i??exercice de lai??i??activitAi?? bancaire participative.

En outre, le comitAi?? a Ai??galement donnAi?? un avis favorable pour autoriser trois Ai??tablissements bancaires conventionnels (la Banque Marocaine du Commerce et de lai??i??Industrie, le CrAi??dit du Maroc et la SociAi??tAi?? GAi??nAi??rale) Ai?? mettre en place des Ai??Ai??fenA?tresAi??Ai??, autrement dit des dAi??partements dAi??diAi??s Ai?? la finance islamique proposant des produits bancaires conformes Ai?? un secteur qui pA?se prA?s de 2 000 milliards de dollars.

Fin juin 2016, la BAM avait reAi??u sept demandes dai??i??agrAi??ments pour des banques dites Ai??Ai??participativesAi??Ai?? et trois pour des dAi??partements dAi??diAi??s Ai?? la finance islamique au sein dai??i??Ai??tablissements bancaires classiques.

Ai??Ai??Finance participativeAi??Ai??, plus acceptable que Ai??Ai??finance islamiqueAi??Ai?? ?Ai??

Si ces Ai??tablissements rAi??pondent aux principes de la finance islamique (prohibition de la spAi??culation et du prA?t Ai?? intAi??rA?t), ils sont toutefois dAi??signAi??s comme Ai??Ai??participatifsAi??Ai?? au Maroc et dans le communiquAi?? de la Banque centrale. Ai??Ai??Lai??i??ensemble des produits utilisAi??s sont des produits de finance participative. Cette appellation est donc liAi??e Ai?? la nature mA?me des produits et du caractA?re participatif de la rAi??munAi??ration sous-jacente au produit ai??ZAi??Ai??, dAi??tailleAi??Ai?? Jeune AfriqueAi??Merbouh Kader, directeur du master de finance islamique Ai?? lai??i??universitAi?? Paris-Dauphine.

ai??ZMais le terme utilisAi?? a Ai??galement une dimension politiquement sensible : Ai??Ai??Lai??i??idAi??e est de ne pas faire de dissociation ni de dichotomie entre les Ai??tablissements classiques et ceux qui relA?vent de la finance islamiqueAi??Ai??, prAi??cise le chercheur. De plus, une telle distinction reviendrait Ai?? dire que Ai??Ai??le Royaume du Maroc favoriserait vis-Ai??-vis dai??i??un peuple majoritairement musulman un systA?me bancaire au profit dai??i??un autre, ce qui reviendrait aussi implicitement Ai?? lAi??gitimer la dimension religieuse de ces Ai??tablissements bancaires par le RoyaumeAi??Ai??.
Source :Ai??www.jeuneafrique.com/

atorvastatin buy india.